PEDOPHILIE A BORDEAUX : LE TEMOIGNAGE DE MADAME Patricia POUPARD

 
 
 J’amène mon fils au CHR de Bordeaux, l’œil abîmé, unebosse sur le front. Son père me dit qu’il est tombé du toboggan au parcbordelais. Son demi-frère, Pierre-Alexandre, était avec eux, pendant que jetravaillais. Les médecins n’ont rien dit. J’ai cru à cette version sur lemoment, mais je pense que mon fils a été battu et à partir de ce jour, je nel’ai plus laissé seul avec son Père. De plus sur la table de salon, un drôle deyoyo est posé. Dés années plus tard, je saurais ce que sais.

Nous prennons nos vacances à Pezenas au mois d’août. Lamaman de Pierre-Alexandre, qui était venue à Bordeaux voir un industriel, passeà Pezenas, mais je ne la vois pas. Ma soeur me dit au téléphonne de faireattention à mes verres.

Tout va comme ça peut aller, jusqu’à ce que mon filsdécouvre une petite pipe avec de la poudre blanche. Résultat de la découverte:mon mari infidèle revient avec de ses amis que je ne connais pas, qui metabassent en présence de notre fils. Il léve son majeur et me dit:- Je t’aidétesté, méprisé, je te haïs. J’ai l’oreille interne détruite, des hématomes surtout le corps. Je suis en incapacité de travail durant un mois. Je demande ledivorce avant la fin du mois d’août.

A la rentrée des classe de la petite maternelle deBordeaux, je consulte les dessins de mon fils avec la directrice. Ce ne sontque des hommes, dont il dessine le sexe d’un trait. Une semaine aprés, l’écolesera cambriolée… et les dessins de mon fils ont disparu. La semaine suivante,Alain viendra consulter le dossier… vide !

Je ne dois rien posséder et me détacher de tout. Je doisêtre pauvre. Je n’existe pas, plus. Alain fait croire que je le bat, qu’il apeur de moi, il me vouvoie et arrive devant des magistrats l’air trés humble.Laplainte à l’encontre des agresseurs sera classée… sans suites. Les magistratsécriront :- « Qui prouve que Madame Poupard ne se serait pas agressé ellemême ? »

NOCOMMENT.

 
 
 
 
Ce contenu a été publié dans General. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à PEDOPHILIE A BORDEAUX : LE TEMOIGNAGE DE MADAME Patricia POUPARD

  1. verdi dit :

    NB : QUAND LA FRANCE VOUS REND MALADE , ELLE PAIE !!!

    Les commissions régionales de conciliation et d’indemnisation (CRCI)

    http://www.oniam.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*