GENDARMERIE NATIONALE : UNE AFFAIRE D’ETAT

 
 

Monsieur VERDI  Patrice                                                Mandelieu  le  20/01/10

à

Monsieur le Commandant LUHERN  

Gendarmerie Nationale 

675 Bld des Ecureuils 06210 Mandelieu La Napoule 

Tel : 04 93 49 27 97 Fax : 04 92 97 72 99

Monsieur le Commandant,

Jeviens de prendre connaissance de la convocation de ce jour à laquelle je nepeux me rendre pour des raisons de santé.

J’ail’honneur de vous écrire afin de vous faire part de mon étonnement concernantla convocation du Gendarme MINGON de THEOULE SUR MER car le problème semblaitavoir été réglé définitivement d’après les déclarations claires du MDLCMAILLARD qui soulignait précisément en quelques minutes l’aspect mineur duproblème évoqué par mon épouse et mes parents convoqués initialement le22/09/09 à la Brigade de Gendarmerie de MANDELIEU.

Ilsemble donc qu’une mise au point soit exigée de nouveau par certaines personnesqui souhaitent apparemment en découdre une fois de plus par l’intermédiaire desservices de Gendarmerie et en font donc une affaire d’ETAT mais oublientcertainement qu’une caméra de surveillance de 360 degrés se trouve face auparking ouest de l’école primaire Marie Curie et prouve donc irrémédiablementque mon épouse a été bloquée intentionnellement puis insultée et menacée entrele 15/09/09 et le 18/09/09 par les plaignantes mais aussi et surtout par unindividu Brun de type Européen d’une taille de 185 cms environ, d’un poidsapproximatif de 95 kilos qui présente la particularité d’être tatoué avec desmotifs de couleur sur les deux triceps et se trouve donc être une relation dequalité des plaignantes qui ont utilisé cet énergumène pour menacer mon épouseet ma fille âgée de sept ans pendant plusieurs jours à la vue et au su de tousy compris des Fonctionnaires de Gendarmerie qui amènent régulièrement leursenfants dans cette école et démontrent quotidiennement les liens amicauxparticuliers qui se sont noués avec toutes ces bienveillantes mères de Famille.

Deplus, les déclarations précédentes ne font part à aucun moment de l’usagerégulier de la place handicapée sur le parking de cette école élémentaire grâceà l’attitude complaisante systématique de l’administration scolaire représentéepar sa Directrice Madame PIERRE pour les plaignantes qui n’ont pas la carteréglementaire que je possède en l’occurrence pour transporter mon frère adultehandicapé mais usent et abusent de cet emplacement bien particulier.

Tousces dysfonctionnements et mon expérience policière m’amènent à penser que laGAV reste la seule arme que ces plaignants souhaitent me faire appliquer parvos services ou d’autres car la complicité sociale est palpable et probanteentre toutes ces personnes qui tendent à me voir disparaître de cette communepar des moyens judiciaires démesurés.

Jepréfère donc éviter toute bavure potentiellement probable qui ne couvrirapersonne en aucun cas car nous savons que le problème n’est certainement paslié à la circulation des véhicules devant cette école mais plutôt àl’hypocrisie du système qui tend à détruire socialement ma famille depuis dixans en utilisant des personnes sans aucun sens moral.

Jevous prie de croire Commandant LUHERN en l’expression de mes salutationsdistinguées.                 VERDIPatrice.

PJ : TROIS CERTIFICATS MEDICAUX 

Ce contenu a été publié dans General. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à GENDARMERIE NATIONALE : UNE AFFAIRE D’ETAT

  1. verdi dit :

    NB : QUAND LA FRANCE VOUS REND MALADE , ELLE PAIE !!!

    Les commissions régionales de conciliation et d’indemnisation (CRCI)

    http://www.oniam.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*